Mona, fer de lance de l’entreprenariat au féminin - Les Confettis
circle decoration
Inspiration et aspirations féminines

les confettis

Mona, fer de lance de l’entreprenariat au féminin

Démarche | , 8/10/17 | share facebook Pinterest logo Share on Google+ share mail

Un espace de coworking. Un café pour se poser entre deux rendez-vous. Une bibliothèque féministe concoctée par Lauren Bastide… Mona s’installe pendant trois mois à Paris et entend bien réveiller l’entreprenariat féminin. Rencontre avec Céline Orjubin, l’une de ses instigatrices et co-fondatrice de My Little Paris.

Mona, fer de lance de l’entreprenariat au féminin

Confettis_Celine Orjubin

Comment The Wing vous a-t-il inspiré pour Mona ?
La manière dont ils ont su exprimer des codes féministes et les incarner. J’ai adoré le fait de pouvoir assister un soir à une Politics all night (J’y suis allée à l’époque des élections) et le lendemain à une rencontre avec Annie Leibovitz. De m’interroger sur comment être artiste et femme et le surlendemain participer à une bingo night ou une pyjama party. C’est ce mélange des genres qui m’inspire et que je veux retrouver chez Mona. Mais parce que Mona se trouve au cœur de Paris, en terme de diversité, ce sera très différent. C’est important pour nous, par exemple, que le lieu reste ouvert aux hommes. C’est aussi comme ça, à mon sens, que l’on fait bouger les lignes.

Confettis_Celine Orjubin_my-little-paris

A quoi ressemble Mona ?
Il y a trois niveaux. Le rez-de-chaussée qui donne sur la rue avec un coffee shop ouvert à tous. C’est là que les talks ont lieu. Nous voulions que ce soit un endroit on l’on se pose et où on échange – pourquoi pas – avec sa voisine de table ! Au sous-sol, l’ambiance est à la concentration avec une grande bibliothèque où il n’y a pas de bruit et où on travaille au calme. Pour les jours où l’on se dit « aujourd’hui, je dois vraiment avancer sur mon projet ».. Au premier étage, on voulait créer « un cocon dans la ville ». Un espace esprit boudoir, plus confortable, où l’on peut se changer, prendre un cours de yoga…

Déjà à la Maison de Montmartre, les livres étaient très présents. Ils font résolument partie de votre ADN…
Pour moi, c’était super important qu’il y ait une bibliothèque au cœur de ce projet. Chez My Little Paris, nos inspirations sont le New Yorker, Sempé et Alice au pays des merveilles. Aujourd’hui, chaque salarié possède un compte illimité sur Amazon pour acheter tous les livres qu’il veut. D’autre part, je suis une grande fan du travail de Lauren Bastide qui a créé La Poudre. On en a discuté et on s’est dit qu’on allait réinventer la Bibliothèque rose qui nous a toutes un peu marquées quand on était petite fille. Pour cela, on est accompagné par La Librairie des femmes, rue Jacobs, qui est une des références dans le militantisme féministe. Nous avons constitué un catalogue autour de 600 références de livres, histoire de se constituer un bagage féministe. Pour nous, c’est une réflexion qui doit se mener autour de lectures et de rencontres.

Outre Lauren Bastide, nous avons pu voir que Perla Servan-Schreiber sera aussi présente chez Mona… A qui d’autre avez-vous fait appel ?
Nous avons pensé à toutes les personnes qui nous accompagnées dans l’aventure entrepreneuriale pendant ces neuf ans. Perla, typiquement, c’est la personne chez qui l’on va sonner quand on a une panne de cœur ou qu’on a des problèmes de business. On retrouvera aussi les femmes qui nous inspirent comme Ayo ou encore Roxanne Varza.

Celine Orjubin_my-little-paris-mona Celine Orjubin_mona 

Et quel sera le programme ?
Il y aurait des sessions de mentorat en tête-à-tête, des soirées, des concerts et tout un programme d’accompagnement en collaboration avec Contrex, Ulule et Paris Pionnières. Les candidates pourront être coachées tout au long du projet. L’idée, c’est qu’à la fin, elles bénéficient d’une newsletter My Little Paris pour mettre leur projet en lumière. Plus de 90% des femmes ont un projet dans leur tiroir, c’est cela que l’on veut réveiller. Que des femmes qui ont dans un coin de leur tête un projet, petit ou grand, se lancent grâce à Mona.

Ce lieu ne durera que trois mois, pourquoi choisir un format éphémère ?
Chez My Little, on est par définition dans l’éphémère, trois mois pour nous c’est du très long terme ! Nos lieux ouvrent généralement pour trois semaines, au mieux. Mais compte tenu des enjeux, de notre envie d’accompagner dans la durée, nous avons jugé que trois mois étaient nécessaires. Mona pourra continuer de plusieurs façons… Toute l’énergie que l’on sent autour de ce projet, tout ce qui est en train de se mettre en place, cela peut donner lieu à plein de projets par la suite et c’est aussi ma volonté. Typiquement quand je pense à l’après-Mona, j’imagine la bibliothèque se promener à travers la France, pourquoi pas en bus !

Mona
Du 13 octobre au 30 décembre, du mardi au samedi de 10h à 19h
118 Rue de Turenne, 75003 Paris

_

Retrouvez aussi Celine Orjubin dans notre revue Les CONFETTIS, Volume 3 disponible sur notre boutique.

_

Propos recueillis par Elsa Pereira – Photos © Lucie Sassiat

Un commentaire sur “Mona, fer de lance de l’entreprenariat au féminin

  1. Gaetane Raguet : 11 octobre 2017 à 06:29

    Bravo pour cette nouvelle idee , nous avons besoin de plus de sensibilite au quotidien dans le monde du travail et de l entreprise , plus d ouverture a la creativite, et aux differences,
    Gaetane Raguet , co fondatrice et dirigeante a la boulangerie Panifica.

Laissez un mot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

up to top
Les Confettis

Besoin d'inspiration ?
Recevez régulièrement
les derniers Confettis.