circle decoration
Inspiration et aspirations féminines

les confettis

Loulou Robert,
portrait d’une génération

Talents | , 22/02/17 | share facebook Pinterest logo Share on Google+ share mail

Loulou n’a que 23 ans mais semble déjà avoir vécu plusieurs vies. Après avoir été tentée par la philosophie et

Loulou Robert,<br> portrait d’une génération

Loulou n’a que 23 ans mais semble déjà avoir vécu plusieurs vies. Après avoir été tentée par la philosophie et les sciences politiques, c’est finalement pour tout plaquer et partir vivre à New-York qu’elle se plonge dans le mannequinat. Les deux années à Big Apple, riches en expériences mais vides de sens, ramènent la Messine à Paris. La littérature la rattrape, ou peut-être, lui était-elle prédestinée ? Elle doit son prénom au perroquet d’Un cœur simple de Gustave Flaubert… Loulou Robert entame sa nouvelle vie d’écrivaine en nous plongeant dans celle d’une adolescente tiraillée. Avec son premier roman, Bianca (Éditions Julliard, 2016), elle livre une partie d’elle-même, elle lève le voile sur l’existence de toutes ces nouvelles femmes d’une génération encore méconnue.

loulou-mannequin-auteur-interview

L’ENFANCE

L’adolescence n’est pas un thème facile à priori. Quand les souvenirs sont proches, on peut plus facilement l’aborder. Quand le vécu est empreint de souffrances, on peut alors en décrire les contours avec une précision quasi chirurgicale. Loulou a choisi cette voie pour son premier roman et livre une histoire singulière. Loulou Robert est une ancienne ado qui a grandi, à ses dépens, avec pléthore de journalistes, juges, huissiers et autres enquêteurs. Des hordes d’indiscrets qui épiaient les faits et gestes de son père. Ce dernier, Denis Robert, est une grande figure du journalisme français. Il a affronté des dizaines de procès pendant 10 ans, en révélant l’affaire Clearstream. Période de l’adolescence pour la petite Loulou qui tente de se construire, de se connaître, alors même que son corps semble ne plus lui appartenir et vouloir prendre d’autres formes. Avec ses grands yeux, sa moue boudeuse et sa longue chevelure emmêlée, elle ne ressemble pas à toutes les jeunes filles de son âge. Pour Loulou, la plus jeune des deux filles du journaliste, cette affaire est toute sa jeunesse.

loulou-auteur-livre-les confettis

L’ÉCRITURE

Bianca, son personnage principal, a 16 ans et déjà plus vraiment envie de vivre. Elle veut tout arrêter. Elle refuse de parler, de manger, de vivre. Après une tentative de suicide, elle intègre une unité psychiatrique. C’est dans ce cadre que toute l’histoire prend place. Le lecteur parcourt avec elle le monde qui l’entoure. Ses rencontres. Des tranches de vie. À travers ses personnages, Loulou Robert parle de cette souffrance souvent ressentie par les adolescents, incomprise par les autres. Elle s’adresse à cette génération mais aussi à leurs parents ou à leur entourage. Néanmoins dans cette histoire, il n’est pas question de Loulou mais bien de son héroïne. L’ambiguïté entre autobiographie et fiction est le fil rouge de la lecture. « Pour Bianca, l’inspiration vient d’un vécu. De choses que j’ai ressenties moi-même et que j’avais besoin de sortir. Je n’aurais pas pu décrire des sentiments que je n’avais pas ressentis par moments », précise-t-elle. Elle insiste même sur la notion de double fictif et c’est ce qui nous frappe le plus. Lorsque Loulou évoque Bianca, c’est comme une amie, une personne de son quotidien. Elle le dit, la période de l’adolescence ne fut pas facile pour elle. La douleur, la solitude, le fait de se sentir différente la rapproche encore une fois de sa Bianca. «Pour moi, le mal-être adolescent n’est pas un thème nouveau mais je pense qu’aujourd’hui, il y a un stress supplémentaire car on attend beaucoup des jeunes. Dès 18 ans, ils doivent savoir ce qu’ils veulent faire. Et puis la société actuelle est plus dure. Bianca parle d’un mal universel. Son malaise est général.»

loulou-auteur-les confettis-paris

C’est une histoire sombre mais optimiste sur une génération déboussolée, née à une époque au cœur de laquelle le terrorisme est une menace au quotidien et où il faut continuer d’afficher un sourire de façade. Loulou connaît ce grand écart. Souvent mise à nu sur papier glacé, bombardée de flashs sous l’œil des plus grands photographes, elle a longtemps refoulé son désir d’écriture. Son envie de coucher ses propres mots sur papier. Ne vous fiez pas à sa beauté juvénile et ses yeux hypnotisants. Son regard est sensible, lucide, écorché et trahit le recul précoce qu’elle a pris sur son existence. «Pendant longtemps, le mannequinat était mon unique profession. Je ne travaillais pas assez. J’avais un vide en moi. L’écriture l’a comblée » Avec des mots crus, des chapitres courts et un récit poignant, Loulou nous surprend par son étonnante maturité.

loulou-qrtiste-interview-paris
On l’a retrouvée au Strada Café, sur une petite banquette, précisément là où elle est venue s’installer, tous les jours pendant deux mois, pour donner corps à son récit. Une histoire entamée par un paragraphe sur les bancs de la fac puis oubliée par la suite. Aujourd’hui, elle l’avoue, elle a du mal à se séparer de Bianca. Elle se verrait même bien « lui offrir une suite que ce soit sur papier ou à l’écran ». Du haut de ces 23 ans, Loulou signe avec ce premier roman, une entrée en littérature remarquée. « Depuis tout s’accélère. J’écris la suite. Je prends des cours de théâtre. Je suis dans une agence artistique. Je passe des essais pour des films. Je me lance à fond aussi dans cet autre moyen de m’exprimer. En un an, les choses ont beaucoup changé. » Finalement, Loulou semble fidèle à sa devise « Avance ! Quoi qu’il arrive, quoi qu’il se passe. Il ne faut jamais s’arrêter. » Et même si l’angoisse du temps qui passe lui reste familière, elle ne se sent plus seule aujourd’hui pour l’affronter. L’écriture est avec elle. Elle l’accompagne. Lucide, Loulou pense avoir besoin de vivre des choses, de mûrir. Pour pouvoir parler d’un autre sujet. « Mais j’ai besoin de temps pour ça. »

Hope, est le dernier roman de Loulou Robert aux éditions Julliard – Photos © Alex Brunet

Ce portrait est paru dans LES CONFETTIS Volume 1.
Découvrez LES CONFETTIS Volume 2

Et pour toujours plus de rencontres inspirantes, cliquez !

Laissez un mot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

up to top