circle decoration
Le média des femmes hautes en couleur

les confettis

Alex Proba explore sa créativité

Rencontres | , 10/01/22 | share facebook Pinterest logo Share on Google+ share mail

Tout n’est pas écrit à l’avance ! Hasard ou destin, la vie est peuplée de rencontres inattendues qui bousculent les cartes pour que s'expriment avec magie, audace et créativité.

Alex Proba explore sa créativité

Sautez à pieds joints dans l’univers à l’euphorie contagieuse de la designer Alex Proba. Illustratrice, conceptrice d’objets, graphiste et architecte, la slasheuse d’origine allemande joue sur tous les tableaux et ce n’est pas pour nous déplaire.

 

Une voie pas toute tracée

Née en Allemagne de parents polonais, Alex Proba grandit au sein d’une famille attachée à la valeur travail. Pour eux, il y a les « vrais » métiers et les autres. Ils imaginent déjà leur fille dentiste et cela ne laisse pas de place au débat. Mais la vie est plus joueuse qu’on ne le croit ! Alors qu’elle est en échange linguistique aux États-Unis, en Ohio, Alex Proba débarque dans un foyer particulièrement sensible à l’art et la culture. La mère de famille travaillant à la direction artistique de la marque DKNY ! Un changement de cadre et de système de valeurs qui offre à Alex des perspectives qu’elle n’imaginait même pas. Transportée par les multiples formes d’art, elle se lance et commence le dessin et la peinture jusqu’au moment de rentrer en Allemagne. De retour, Alex n’entend pas confronter ses parents et leur raconter ce qu’elle a trouvé durant son voyage à travers la pratique artistique : une vocation. Elle se souvient : « À ce moment-là, j’ai essayé de poursuivre le chemin que mes parents souhaitaient pour moi. J’ai même fait quelques jours dans un cabinet dentaire. Mais je ne pouvais juste pas aller plus loin, ce n’était pas ma place. »

 

Elle convoite alors secrètement l’AMD (Akademie Mode & Design), à Hambourg. Une école supérieure à laquelle il faut postuler avec un portfolio. Prétextant auprès de ses parents vouloir voir sa famille d’accueil aux États-Unis, elle s’y rend alors pour consolider le précieux recueil de créations avec sa première « mentor ». Alex sait pertinemment qu’elle n’aurait jamais pu l’élaborer en Allemagne sans que ses parents ne se mettent en travers de ses ambitions. Alors durant deux semaines, Alex prend le temps de nourrir son appétence artistique pour imaginer un portfolio à sa mesure. Bien décidée à postuler, elle se décourage pourtant à envoyer sa candidature une fois le cocon familial retrouvé. Mais là encore, la vie sourit aux audacieux ! Alex reçoit quelques semaines plus tard une lettre de l’école lui accordant un entretien. Son petit-ami de l’époque avait envoyé, en toute discrétion, son portfolio à l’institution hambourgeoise ! Et c’est ainsi que débute une nouvelle vie.

Une leçon de créativité

Après avoir étudié le design d’espace (architecture et design graphique) à l’ADM puis le design d’objets à la Design Academy d’Eindhoven, Alex rejoint New York en 2011 et devient directrice artistique pour Kickstarter puis directrice design pour l’agence créative Mother. Deux postes à responsabilités au sein desquels son potentiel artistique n’est pourtant pas assez « challengé ». Elle décide alors de prendre sa créativité par les cornes, d’ouvrir son propre studio créatif et de démarrer une initiative inédite : « A poster a day ». Tous les jours, sans exception, Alex s’accorde trente minutes pour réaliser un poster (collage digital, illustration, etc) qu’elle poste aussitôt sur Instagram. Cette démarche s’ancre dans son quotidien. Au fil des créations, la designer affirme un certain nuancier et développe son affection pour l’abstrait. Elle se surprend elle-même en créant sans complexe, loin des briefs structurés. Suivant son instinct, elle apprend à délaisser le jugement de son propre travail et à simplement créer pour l’apprentissage que cela représente. Elle comprend alors qu’elle est sa propre coach, organisant l’entraînement qui la mènerait à son style : « Faire les choses dans un temps imparti est un incroyable exercice. Cela nous oblige à ne pas laisser trop de place au questionnement, à se rapprocher instinctivement de ce que l’on aime. Si ce que l’on fait ne nous satisfait pas pleinement, tous les autres jours nous offrent une nouvelle chance ! Vous gagnez autant en maîtrise qu’en confiance. » Sans qu’elle ne s’y attende, son compte Instagram explose et permet à son propre studio, d’acquérir une visibilité significative. « A poster a day » qui ne devait durer qu’un an se prolongera pendant trois années supplémentaires. Le temps d’accepter un poste à la direction artistique de Nike, avant de se sentir assez à l’aise pour voler de ses propres ailes, via son studio.

Tout terrain

Il aura fallu cinq ans pour qu’Alex Proba décide de se dédier pleinement à son studio de création. Des décisions raisonnées motivées par la sécurité, qu’elle ne regrette absolument pas. Cela faisait partie de sa quête et sans cela, elle n’aurait pas pu déterminer qui elle était artistiquement. Exploratrice et enthousiaste, Alex Proba aime le défi, l’inconnu. Elle accepte de faire des fresques murales sans même savoir si elle est capable de réaliser une telle performance ! L’artiste apprend en créant, ce qui lui permet de ne pas segmenter ses compétences, d’outrepasser les cases dans lesquelles les créateurs sont rangés abusivement. Peintre, illustratrice, colleuse, designer d’objets, graphiste : Alex Proba est tout à la fois. Ce qu’elle préfère : « Peindre le fond des piscines car ce n’est pas un travail linéaire. Il faut suivre le plan de la piscine et ses différents niveaux. Puis c’est toujours surprenant à quel point les couleurs changent quand la piscine est remplie d’eau. Tout se transforme perpétuellement sous les reflets » répond-elle ! Elle l’a fait à Palm Springs pour la Marrow House Pool et la Hill House.

 

Les marques et entreprises sollicitent l’Américaine d’adoption au quotidien. Ses motifs abstraits et surréalistes, ainsi que ses couleurs vibrantes, se prêtent particulièrement aux réalisations d’envergure. Elle réalise, entre autres, une fresque dans les bureaux de DropBox, pour la boutique Rag & Bone de New York, ainsi qu’un terrain de basket dans une salle commune de Google.

 

Des compositions hétéroclites

Ses créations sont des concentrés d’énergie positive. Comme dans un songe, tout se mélange dans une danse. Motifs, formes et couleurs se tendent la main et s’entrechoquent. Attiré par les différents matériaux et leurs propriétés, cet esprit vif s’applique parfois à retranscrire des effets de matières en les encapsulant dans une forme simplifiée et minimaliste. Les émotions sont également une source d’inspiration pour la trentenaire capable de donner forme et couleur à une sensation éprouvée à la suite d’une discussion entre amis. Elle le dit elle-même : « J’ai appris à trouver l’inspiration dans les choses non-visuelles. Évidemment, les paysages comme le désert, mais aussi la flore et les objets peuvent m’inspirer par leurs différentes facettes, mais je suis sensible aux atmosphères, aux ambiances, à une certaine énergie que l’on retrouve dans mon travail. Ce qui est certain, c’est que les couleurs arrivent en premier sur ma trame puis vient le reste » La fraîcheur des œuvres d’Alex Proba appelle la bonne humeur. On peut y voir des références aux papiers découpés de Matisse, une ode aux matériaux comme le terrazzo, comme une palette digne de l’imagerie de Charlie et la chocolaterie.

Grâce à son background d’architecte, l’artiste s’illustre également dans la réalisation d’objets et de pièces de mobilier. Vases pareils à des bonbons en guimauve, comptoir de restaurant d’inspiration Memphis, tables basses asymétriques et espiègles en collaboration avec Nortstudio ou encore carrelage customisé de ses motifs candides, l’empreinte de la créatrice est inéluctable. Aujourd’hui installée à Portland avec son compagnon, Alex Proba tire le fil de son imagination jusqu’à la conception de tapis dont la confection est artisanale. Différentes fibres viennent orner ces objets textiles majestueux et leur apporter du relief. Le jeu des couleurs est un plaisir pour les yeux comme à l’habitude. Et dans cette nouvelle aventure, elle s’entoure de très jeunes collaborateurs : des enfants ! En effet, via l’initiative « Little Proba », l’amoureuse des couleurs transforme des collages d’enfants en… tapis ! Des chefs-d’œuvre uniques dont les kids sont très fiers et dont les profits sont reversés à des associations protectrices des droits de l’enfant. Preuve qu’Alex Proba n’a pas fini d’inspirer de nombreuses générations !

 

www.studioproba.com

Laissez un mot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

up to top