circle decoration
Le média des femmes hautes en couleur

les confettis

Jessica Mulliez, fondatrice de Poinçon 22

Talents | , 7/12/20 | share facebook Pinterest logo Share on Google+ share mail

La créatrice de la marque de joaillerie Poinçon 22, Jessica Mulliez, nous invite à partager son amour pour les bijoux précieux. Entrepreneuse épanouie, elle raconte son quotidien.

Jessica Mulliez, fondatrice de Poinçon 22

 

Jessica, vous êtes la créatrice de Poinçon 22. Comment en êtes-vous venue à quitter les maisons de joaillerie pour lesquelles vous travailliez pour lancer votre propre marque ? De quoi résulte cette volonté ?
Les maisons de joaillerie m’ont toujours fascinées, pour les savoir-faire, le patrimoine, la créativité, la rareté… c’est un univers et un ensemble de métiers auxquels j’ai toujours été sensible. Je n’ai jamais vraiment eu la volonté de quitter mon poste en question, mais les événements de la vie ont fait que j’ai dû arrêter de travailler pendant plus d’un an. À la fin pour m’occuper et sous l’influence de mon entourage j’ai réfléchi à une idée de marque. Sans pour autant avoir l’envie de me lancer. C’est uniquement après avoir repris le travail que j’ai eu le déclic. L’entreprise avait évolué, j’avais changé et mes attentes n’étaient plus les mêmes. C’est alors que j’ai voulu tenter l’aventure de l’entreprenariat et lancer la marque Poinçon 22. Il y avait alors un besoin de se reconstruire et je pense avec du recul de se prouver des choses. Notamment ma capacité à rebondir, et à me concentrer sur un nouveau projet autre que celui qui m’avait privé de mon quotidien de femme pendant les derniers mois.

les-confettis-poinçon-22

Avez-vous rencontré des obstacles dans la création de votre marque et votre structure ?
Il y a plein d’obstacles dans la création de sa marque, mais c’est un peu justement ce que je recherchais. J’avais envie de me dépasser et de découvrir toutes les facettes de l’entreprenariat. Pas uniquement la création qui me plaisait, mais vraiment l’entreprise dans son ensemble. L’idée d’être un couteau suisse m’animait. Je dirais que le vrai obstacle a été de trouver des ateliers qui étaient prêts à me faire confiance, à accepter de faire des petites quantités et comprendre mes créations. Cela n’a pas été facile, j’ai essuyé beaucoup de refus. Dans ce milieu très masculin, j’ai dû m’imposer pour gagner leur confiance et finalement cela a fonctionné grâce à ma persévérance et parce que je croyais en mon projet.

 

Vous avez à cœur de rendre hommage à un bijou riche de sens : la médaille. Pourquoi ce bijou à tant de résonnance pour vous ? La symbolique de transmission qu’il représente fait écho avec vos valeurs ?
La médaille est un bijou ancestral qui depuis des années habille les femmes comme les hommes. Souvent une symbolique bien personnelle se cache derrière ce bijou. J’aime ses possibilités, son élégance et le terrain de jeu qu’il offre. Les bijoux précieux de manière générale, sont des objets que l’on peut transmettre. On transmet une histoire, un patrimoine. C’est à cette personne alors de la perpétuer et de la transmettre. J’aime l’idée des bijoux que l’on conserve dans sa famille, qu’éventuellement on transforme pour qu’ils ne trainent pas dans une boîte à bijoux. C’est important, de ne pas se contenter d’acheter pour l’instant présent, et de réfléchir à nos achats, souvent plus onéreux mais plus intemporels et symboliques.

médaille-poinçon22-les-confettis

poinçon-22-joaillerie-les-confettis

Poinçon-22-les-confettis

Quel est votre quotidien ? Comment se compose-t-il ?
Mon quotidien est assez varié, selon les actualités et les périodes. Généralement le matin nous répondons aux demandes des clients et traitons les commandes. Ensuite nous travaillons sur les missions diverses et variées, de la rédaction de notre newsletter à la comptabilité. Le vendredi est consacré aux expéditions des commandes. Nos sorties d’atelier se font le vendredi dans la matinée, nous sommes donc focus sur cela avant le weekend. Je prends le temps de dessiner et de penser aux nouvelles créations pendant les moments plus creux pour ne pas être trop perturbée par le reste.

 

Après tant d’années dans l’univers de la joaillerie, votre passion est-elle toujours aussi intacte ? Voyez-vous toujours de la magie dans cet artisanat ?
Oui bien sûr et heureusement car cela m’anime au quotidien. Je dirai même qu’elle me permet d’évoluer et de développer la marque. J’ai envie d’aller plus loin dans les créations, les réalisations. Depuis un an je réalise des bagues de fiançailles sur-mesure, c’est un process complètement différent des bijoux en collection. Ce service est né de ma volonté de travailler un peu plus avec les belles pierres, les sourcer, aller à la rencontre des lapidaires ou diamantaires et de se laisser séduire par leurs histoires et provenances. Ce sont souvent des coups de cœur. Mais cela résulte aussi de l’envie de réveiller des pierres ou des bijoux de famille. En donnant une seconde vie à des bagues ou des pierres, on écrit une nouvelle histoire sans pour autant oublier le passé. Les techniques et les réalisations diffèrent à chaque fois, c’est un nouveau challenge à chaque réalisation. C’est quelque chose que j’apprécie beaucoup.

Jessica-mulliez-poinçon-22-les-confettis

joaillerie-poinçon-22-les-confettis

Comment imaginez-vous la suite de cette aventure ? Quelles sont les prochaines étapes du développement de Poinçon 22 ?
Depuis le départ j’ai eu à cœur de développer Poinçon 22 à mon rythme. Pas par manque d’ambition mais par besoin et envie d’apprécier son évolution. Le mariage est une nouvelle offre pour Poinçon 22 et j’aimerais la développer davantage. C’est une autre occasion pour suivre les clients dans leurs moments importants de leur vie. L’année 2021 sera sûrement très différente de l’année 2020 mais Poinçon 22 sera toujours une marque intime et exclusive, cette direction ne change pas.

 

www.poincon22.com

Laissez un mot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

up to top