circle decoration
Inspiration et aspirations féminines

les confettis

Maëlle Chassard, co-fondatrice de Lunii

Talents | , 2/09/19 | share facebook Pinterest logo Share on Google+ share mail

Rencontre avec Maëlle Chassard l’instigatrice du boîtier audio Lunii, un objet tactile sans être virtuel. Une belle manière pour les enfants de se connecter à eux-mêmes, loin des mauvaises ondes de l’hyper-connexion.

Maëlle Chassard, co-fondatrice de Lunii

Maëlle, quel est pour le pouvoir magique de Lunii, cette petite boîte que l’on appelle aussi la fabrique à histoires ?
Elle permet de s’évader dans des mondes imaginaires et sans le savoir d’apprendre et de s’éveiller à plein de choses. Elle participe à l’apprentissage de l’écoute et de la concentration car elle offre une plein immersion dans des mondes autres que la réalité et en plus, la fabrique à histoires aide l’enfant à enrichir son vocabulaire, à s’éveiller à des personnages historiques. Il y a donc plein de choses qui en font aussi un nouvel outil d’apprentissage.

 

Justement à l’heure de l’hyperconnexion et des mises en garde face aux écrans. Vous positionnez-vous comme une solution pour les parents ?
Le but n’est absolument pas de remplacer les parents qui racontent des histoires. On se positionne comme une alternative aux tablettes, téléphones, télévisions. Le parfait exemple est la situation d’un long trajet en voiture. Il y a toujours ce moment où l’enfant s’agite car il n’est pas stimulé par son environnement. Plutôt alors que de lui donner une tablette qui va l’obliger à un comportement passif, lui apporter Lunii va lui permettre de satisfaire ses propres demandes de stimulation et de créer une histoire à partir d’éléments qu’il aura déterminé.

Lunii-Maelle-Chassard-Confettis

L’enfant est acteur de son histoire avec Lunii. Est-ce une manière pour vous de l’aider à construire ses rêves, à développer son imaginaire ?
Absolument, on a conçu Lunii comme un outil qui nourrit l’imagination de l’enfant. Si il veut une histoire avec un ogre alors il sera amener à penser son ogre selon ses représentations. L’enfant s’approprie son monde imaginaire avec Lunii. On a d’ailleurs l’habitude de réaliser des ateliers avec des enfants qui écoutent les histoires Lunii tout en dessinant. Et chacun illustrent alors l’histoire à sa manière à partir des mêmes mots. À la fin de l’histoire, aucun dessin n’est similaire à un autre, c’est vraiment super !

 

Avez-vous justement fait appel aux enfants lors des étapes de prototypage  ?
L’idée de Lunii m’est venue à la suite de mon mémoire qui portait sur l’imaginaire. J’ai accouché de l’idée très instinctivement sans nécessairement faire appel à des familles ou des enfants. Mais quand l’on a voulu développer l’idée alors il a fallu penser à son utilisation par les premiers intéressés. C’est au moment où l’on a fait les premiers prototypes fonctionnels que les enfants sont intervenus. Nous voulions comprendre comment ils interagissaient avec Lunii, la manière dont ils l’appréhendaient. Nous avons donc itéré pour aboutir à un résultat totalement accessible.

Maelle-Chassard-Portrait-Confettis

« On a conçu Lunii comme un outil qui nourrit l’imagination de l’enfant »

 

L’objet et le concept ont-ils beaucoup évolué durant cette phase ?
Oui, il a beaucoup évolué. Initialement il était en bois, plus grand, plus lourd. En observant les réactions des enfants on a compris que le bois plaisaient plus à leurs parents qu’il ne leur plaisait à eux. Ce matériau rendait l’objet fragile de surcroit. Alors nous avons opéré des changements. Nous l’avons rendu plus léger, plus maniable et bien moins fragile en utilisant du plastique.

 

Comment choisissez-vous les auteurs avec lesquels vous travaillez ?
Nous avons rencontré les premiers auteurs avec lesquels nous avons travaillé grâce à notre partenariat avec Le Cube. Il s’agissait de Claude et Jeanne Delafosse. Puis nous avons travaillé avec des graines d’auteur de notre entourage pour les premières histoires. Ensuite il a fallu trouver de nouveaux auteurs avec qui travailler. Notre premier recrutement fut justement la directrice de contenus – car nous avons monté notre propre maison d’édition – grâce à laquelle nous avons la chance aujourd’hui très démarché par des auteurs. Nous leur faisons donc rédiger des histoires tests pour déterminer si leur plume nous plait et si il est possible de leur commander tout un pack d’histoires.

enfant-Lunii-confettis

Et quel aspect vous excite le plus dans ce projet ?
Ce qui m’anime le plus, c’est le coté humain. Nous avons réussi à réunir tant de gens autour de ce projet que ce soit en interne mais également autour de nous. Tous les gens qui nous accompagnent font la véritable richesse de ce projet. C’est ça, la véritable aventure entrepreneuriale, les projets sont des prétextes finalement. Mais ce sont également des leviers pour bousculer ce qui ne nous plait pas dans le monde d’aujourd’hui. La dimension éducative nous tient d’ailleurs vraiment très à cœur car il nous semble que certaines choses dans l’éducation française méritent d’évoluer. On a envie d’aller vers ces créneaux là. Nous ne savons pas encore par quelle porte nous allons passer mais nous voulons prouver qu’il y a des manières d’éducation alternatives dont on n’a absolument pas fait le tour.

 

Votre concept fonctionne entre autres grâce à la recommandation du produit par les familles utilisatrices aux autres familles. Comment expliquez-vous l’émulation de ces ambassadeurs si engagés et nombreux ?
Vraiment, moi-même, je n’arrive pas à expliquer ce phénomène (rires) ! Ça me dépasse totalement. Si je devais tenter d’expliquer pourquoi je dirais que l’on a sans doute réussi aux yeux des utilisateurs à créer un objet du quotidien. Quand on réfléchit, téléphone mis à part, nous avons peu d’objets qui facilitent fondamentalement notre quotidien or Lunii est devenu un vrai compagnon de l’enfant. J’imagine que si l’on trouve un objet qui nourrit l’imagination de son enfant, on le partage. Je crois que c’est quelque chose de l’ordre de l’universel. Quand j’étais petite, je passais mon temps à écouter des histoires audio donc il me semble qu’il y a quelques chose de très fort là-dedans et je crois que l’enthousiasme des familles nous prouve que tout cela n’est que le début !

 

Photos en Une ©Guillaume Lechat

 

Retrouvez notre entretien avec Maëlle Chassard dans son intégralité dans le Volume 5 des Confettis, toujours disponible dans notre boutique.

 

Laissez un mot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

up to top