Démarches

Financer l’avenir avec Maeva Courtois

Cofondatrice d’Hélios, première éco-banque du paysage français, Maeva Courtois recentre l’économie vers un objectif commun et durable. Un challenge auquel elle réussit à donner corps chaque jour un peu plus avec son associée, Julia Ménayas.

Le 28 mars 2021

maeva-courtois-helios-banque-les-confettis

Maeva Courtois, vous êtes la cofondatrice, avec Julia Ménayas, de Hélios Banque, première éco-banque digitale et française. Contrairement aux organes bancaires conventionnels, qui soutiennent de nombreux projets polluants ou consuméristes – grâce à nos dépôts –, Hélios ne finance, elle, que des projets écologiques. Expliquez-nous votre démarche. 

Aujourd’hui, on fait rarement le lien entre le réchauffement climatique et la banque, pourtant les banques participent à aggraver le réchauffement climatique en finançant massivement des industries polluantes comme le charbon, l’extraction pétrolière, les pesticides chimiques ou l’élevage intensif. D’après un rapport Oxfam, sorti en novembre dernier, en France l’empreinte carbone des six principales banques représente près de huit fois les émissions de gaz à effet de serre de la France entière, via leur activité de financement. C’est pourquoi nous avons décidé de créer Helios pour permettre à tous ceux qui ne veulent plus participer au soutien des activités à risque pour l’environnement et pour l’Homme, d’avoir une alternative. Ainsi, en ouvrant un compte bancaire chez Helios, nous garantissons que pas un seul euro n’ira financer des entreprises qui aggravent la crise climatique et nuit à la biodiversité, mais à la place nous soutenons uniquement des projets et des entreprises qui contribuent de façon concrète à la transition écologique.

julia-menayas-les-confettis-helios-banque-maeva-courtois

Pourquoi a-t-il été décisif pour la viabilité de votre initiative de collaborer avec SolarisBank, qui a une licence bancaire propre ?  

Afin de pouvoir proposer la première éco-banque de France et mettre l’intégralité de nos financements au service de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, nous avons noué un accord contractuel inédit avec SolarisBank, un acteur technologique doté d’une licence bancaire européenne. Car c’est, aujourd’hui, le seul acteur en mesure de répondre à notre strict cahier des charges, éthique et financier, ainsi qu’à l’ensemble des exigences réglementaires européennes. Ainsi, de la même manière que les banques traditionnelles, les fonds confiés sont protégés à hauteur de 100 000 € par un dispositif national de garantie des dépôts. Mais contrairement aux banques traditionnelles, chez Helios vous avez l’assurance que vous mettez votre argent au service d’un monde plus durable et plus juste pour les générations futures.

Maeva, vous êtes ingénieure de formation, vous avez travaillé pour Oddo BHF puis vous avez rejoint le fonds Exane Asset Management pour y créer le pôle de finance durable. De quelles manières vos précédentes expériences ont déterminé votre volonté de créer Hélios

En effet, j’ai travaillé plusieurs années en banque d’investissement, et c’est cette expérience qui m’a donné envie de créer Helios. Le déclic est venu à force de lire tous les rapports de scientifiques et d’associations qui démontrent que nous faisons face à un réel risque de crise climatique dans les prochaines années, un risque qui est bien connu et exprimé. Et j’ai été frappée par l’inertie du secteur bancaire et financier. Ce qui m’a finalement vraiment étonnée, c’est de me voir d’une part en tant que consommatrice, en tant que citoyenne, à changer mes habitudes de consommation, à essayer de diminuer mon impact négatif sur l’environnement ; et d’autre part dans mon travail en banque, de voir les banques et les fonds d’investissement continuer à financer des activités qui représentent un risque connu pour l’environnement. C’est ce qui m’a donné envie d’agir et de créer Helios pour permettre la révolution écologique des services bancaires.

Comment vous assurez-vous que les projets et entreprises que vous financez sont réellement « green » ? 

Avec Helios, nous pensons que c’est maintenant qu’il faut agir. Pour cela nous avons déconstruit le modèle bancaire pour le reconstruire et nous avons été ambitieux et catégoriques sur les financements que nous réalisons : toute activité, tout secteur qui représente un risque connu pour le climat ou la biodiversité, ne sera pas financé par Helios. Pour cela nous avons une liste d’exclusion précise : pas un euro n’ira dans l’extraction pétrolière, dans le charbon, dans le gaz, dans les pesticides chimiques, dans l’élevage intensif, dans l’armement ou dans les monocultures agricoles. Et cette liste d’exclusion est participative, les clients peuvent mettre au vote des secteurs à exclure.

À la place, nous accompagnons le financement de la transition écologique, en soutenant des projets qui ont besoin de financement pour se développer et qui apportent une réelle plus-value pour accélérer la transition écologique. Pour cela, nous avons sélectionné une liste de secteurs à accompagner dans les prochaines années : l’agriculture durable, les infrastructures d’énergie renouvelable, la mobilité bas carbone, la conservation des écosystèmes, le traitement des déchets ou les modes de production locaux.

Comment vos clients peuvent-ils avoir accès aux démarches écologiques financées par leurs dépôts ? 

Aujourd’hui, nos clients peuvent avoir accès à leur compte depuis une application mobile ou depuis l’espace client ordinateur. Directement depuis l’espace client, il est possible de retrouver le tableau de « bord impact ». Dans ce tableau, vous avez accès à la liste de tous les secteurs soutenus par Helios, de tous les secteurs exclus également, mais aussi à la liste complète des projets financés avec le détail des différents bénéfices que peuvent avoir ces projets. C’est un principe fondamental chez Helios, donner la transparence sur la destination de l’argent. Ainsi vous savez où va votre argent et ce qu’il finance.

helios-banque-les-confettis-maeva-courtois

Vous vous distinguez également des autres banques car vous ne proposez pas de  possibilité d’investissement dans les produits à risque, comme la bourse. Est-ce également cela être une banque responsable ? Faire valoir un paradigme bancaire où l’argent est vecteur d’enrichissement collectif et fécond ? 

Nous proposons les produits bancaires du quotidien : un compte courant, un compte jeune et un compte commun. Cela permet à tous les Français qui souhaitent s’engager avec leur banque de pouvoir le faire. Dans quelques mois, nous prévoyons de proposer également un livret d’épargne. Il permettra de décupler notre impact positif sur l’environnement en mobilisant un maximum de l’épargne disponible pour accélérer le développement de projets en faveur de la transition écologique. Concernant les prochains développements produits, ils sont guidés par les utilisateurs qui peuvent voter et définir la feuille de route d’Helios.

Une banque transparente, écologiste et cofondée par des femmes… L’heure de la révolution aurait-elle sonnée ? Plus sérieusement, cela veut-il dire que croissance et durabilité sont complémentaires ? 

Oui, l’heure de la révolution écologique a définitivement sonné, et il est temps que les banques se transforment. Avec Hélios, nous voulons justement ouvrir la voie au changement, pour que le système bancaire dans son ensemble se métamorphose et permette de développer un monde plus durable. Et dans ce monde financier très masculin, nous espérons apporter un vent de fraîcheur pour déclencher la révolution écologique de la banque.

www.helios.do

Retrouvez l’intégralité de l’entretien de Maeva Courtois
dans le Volume 11 de la revue disponible sur notre boutique.