circle decoration
Inspiration et aspirations féminines

les confettis

Un appartement de poupée

Visite Privée | , 24/01/18 | share facebook Pinterest logo Share on Google+ share mail

Ce réaménagement, dit projet « Poupée », est un coup de maître réalisé par Rémy Bardin qui a su parfaitement jouer avec les volumes pour livrer un studio plus qu’amélioré !

Un appartement de poupée

Si la vie est comme une boîte de chocolats, Rémy Bardin ne sait jamais sur quel type d’aventures il va tomber en ouvrant les portes de ses clients. Mais bien vite, ses idées, bonnes de surcroit, lui permettent de vite trouver le chemin adéquat pour produire un résultat toujours très convaincant. Comme cela est le cas avec ce projet Poupée réalisé il y a quelques mois maintenant par ce trentenaire à l’enthousiasme communicatif.

Stitched Panorama

Formé à l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts Appliqués et des Métiers d’Art puis à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La-Villette, le jeune homme a déjà pas mal roulé sa bosse, notamment avec son ex compère Guillaume Jounet au sein d’HoldUp Architecture, avant d’évoluer désormais en solo. « Et revenir à ses premiers amours de l’architecture d’intérieur » glisse ce brun aux faux airs de Johnny Deep – en plus soigné – « Ce qui est intéressant dans ce genre de travail, c’est qu’il faut être capable de trouver des réponses intelligentes avec, en général, des budgets serrés. Pour ce projet, j’ai, comme à chaque fois, posé beaucoup de questions à la commanditaire sur ce qu’elle attendait vraiment. Sur le style qu’elle voulait donner à cet appartement qui avait été rénové 3 ans auparavant, mais pas vraiment de manière optimale. La propriétaire est quelqu’un qui adore cuisiner par exemple, il fallait donc en tenir compte d’autant qu’elle allait passer un CAP pour se reconvertir. Comme on est sur une petite surface, il était aussi nécessaire de savoir si l’appartement serait pour une ou deux personnes et ainsi tenir compte des potentiels scenario de vie qui pouvaient être appliqués. »

Espace de vie polymorphe

Pour créer au mieux le nouvel espace, le parti pris a été de faire fi, en majorité, du passé pour repartir d’une feuille blanche. L’opération gros travaux était donc lancée. Et c’est d’abord l’ancienne bibliothèque qui fragmentait l’appartement qui a été abattue, laissant apparaître un poteau au milieu de l’espace, sans toutefois qu’il ne gêne la bonne circulation. L’appartement prenant alors une réelle ampleur avec beaucoup de lumière, via les 3 ouvertures, et d’espace pour cette pièce de vie principale qui allait se révéler un nid à trouvailles.

Dès l’entrée, un premier bloc, à fleur de porte, se dévoile avec des toilettes indépendantes et une buanderie très pratiques. « C’est un point très intéressant car quand vous recevez, vous n’avez pas forcément envie que vos invités accèdent à l’intimité de votre salle de bain ou de votre chambre où il faut parfois passer pour accéder aux WC. De plus on a pu loger un rangement supplémentaire en hauteur pour accrocher les manteaux par exemple » détaille l’architecte.

Poupée rangement

Le reste de la pièce à vivre accueille une cuisine murale avec tout le nécessaire pour permettre à la propriétaire d’assouvir sa passion du fondu de poireaux ou du macaron cuit à la perfection. « Il y a là tout le confort d’une cuisine d’un appartement classique avec des feux, un four, le frigo, les placards, etc. On a utilisé comme base de construction des caissons vendus dans des enseignes bien connues du grand public, mais sur lesquels on a appliqué un stratifié. Au dessus du plan de travail, on a posé un beau verre laqué blanc pour avoir un maximum de clarté. » Dans cette pièce à vivre/cuisine, l’architecte a su faire preuve de beaucoup d’ingéniosité pour caser tous les désirs de la propriétaire. Notamment un dressing, à la gauche de la cuisine, qui s’ouvre en un claquement de doigts ou encore un petit espace bureau qui s’est logé dans le conduit de cheminé, aujourd’hui condamné. « On a su gagner de la place en utilisant ce type d’espace caché en conservant beaucoup de praticité » se réjouit Rémy Bardin.

Une chambre capsule

Tout comme cela a été le cas pour la chambre capsule, le gros plus de cet appartement. Dans ce cube réduit habillé de séquoia rouge se trouvent un petit « grenier », un lit et une salle de bain de poupée. « On est très proche des concepts chers aux Japonais pour cet espace avec un petit escalier sans fin qui débouche sur un grand miroir et permet d’accéder au lit avec, de l’autre côté, cette douche à l’italienne et sa vasque. » C’est malin et parfaitement réalisé d’autant qu’une table de nuit/bibliothèque complète parfaitement la réalisation et que sous le lit, donc, se trouve un grand espace de rangement, accessible depuis le salon, où l’aspirateur et les autres accessoires encombrants du quotidien peuvent se cacher.

Poupée optim

Le coup de cœur est réel et on apprécie les touches, ici ou là, d’un goût sûr et intemporel comme le parquet en bois brut refait à neuf, la touche de couleur bleue sur le mur du fond de chez Peintures Tollens, la chaise Eames, les lampes Jielde ou encore la table de salon « deux pieds deux mesures » faite sur mesure par Rémy Bardin et qui passe de 4 à 8 personnes grâce à un ingénieux système rappelant les tables à jeu portefeuille. On prend rendez-vous quand ?

www.bardinarchitecte.com

Laissez un mot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

up to top
Les Confettis

Besoin d'inspiration ?
Recevez régulièrement
les derniers Confettis.